Pixel-Plongee.Fr

 

Les Moyades :


La note du site :  /5

Niveau Requis : Niveau I - Niveau II - Niveau III
Type : Tombant
Profondeur Minimale :  -8 Mètres
Profondeur Maximale :  -45 Mètres


Description :

Avec nos embarcations rapides il nous suffira de quinze minutes pour nous
 rendre sur l'îlot des moyades à la pointe nord de l'île de RIOU.
 Un roché désertique brûlé par le soleil et battu par les vagues, entouré de 3 plateaux émergés à 8 m 20 m et 40 m environ.
 Cette plongée nécessite une très bonne météo car le site est exposé à tous  les  vents. Le mouillage y est très facile, Baptêmes et plongeurs confirmés y  trouveront  beaucoup d'intérêts.
 C'est sur la face sud est que vous allez vous régaler, un tombant se découpant en méandres vous offrira toutes ses richesses : gorgones, beau corail rouge. En été il est même possible de croiser des barracudas !
Une fois passé ce tombant, vous passerez un dos de chameaux sur 21 m, plein large et découvrirez de grosses pierres sur 20 m où une famille de 5 mérous ont élus domicile. Vous pourrez ensuite contourner l' île ou plutôt revenir sur vos pas  dans la zone des 12/20 m où le tombant recèle de chouettes cavités,ou se prélassent beaucoup de sars tambours et des bancs de poissons multicolores.
 Venez plongée à Marseille et si la météo est clémente allez y faire un tour.

Coordonnées GPS du Site : voir Carte

Photos du site :

des barracudas

Le barracuda (Sphyraena barracuda) est une espèce de poisson carnivore de grande taille (jusqu'à 2 m). Le corps du barracuda est allongé, avec une mâchoire inférieure de grande taille et des dents en forme de croc. Les deux ailerons dorsaux sont largement séparés, le premier ayant cinq épines et le seconde une épine et neuf rayons mous.Depuis la fin des années 70, alors qu'il était auparavant très épisodique en Nord Méditerranée, le barracuda a largement colonisé les côtes nord de cette mer, en particulier dans tout le golfe de Gènes (de Gènes jusqu'au Massif de l'Estérel). Cette présence nouvelle, probablement due au réchauffement climatique, inquiète certains pêcheurs professionnels en raison de la voracité de l'animal sur les espèces autochtones, y compris sur d'autres prédateurs locaux, notamment les loups (nom du bar en Méditerranée). Ce sont des prédateurs voraces qui comptent, pour la chasse, sur l'effet de surprise suivi d'une courte accélération.