Pixel-Plongee.Fr

 

Le Saint Dominique :


La note du site :  /5

Niveau Requis : Niveau II
Type : Epave de Voilier
Profondeur Minimale :  -30 Mètres
Profondeur Maximale :  -35 Mètres


Description :

Le Saint Dominique est un trois-mâts italien à coque d’acier construit en 1893. Le 16 juin 1897, le voilier est conduit par le remorqueur Marseillaise du Vieux Port de Marseille aux chantiers de l’Estaque pour réparation. Ce jour là, un très fort mistral balaye la rade marseillaise et la mer est très formée. Le Saint Dominique se met à tanguer fortement. Le Capitaine Gavagnin du Saint Dominique en saisit immédiatement la raison : le lest de 100 tonnes normalement arrimé à la quille pour assurer sa stabilité a été retiré. Le gîte du bateau s’accentue et le trois mâts charge de plus en plus d’eau dans ses cales. Soudain le flanc bâbord se recouvre d’eau, et entraîne le navire au fond. Trois des marins ne purent être sauvés par la Marseillaise.
Aucune tentative n’a été entreprise pour renflouer le navire. Les scaphandriers découperont le gréement afin que d’autres bateaux ne le heurte pas.

Parcours :

Commencez votre plongée à la proue du navire. Sur la plate-forme de proue à coté du bout dehors (cassé au ras de la pointe du bateau) un trou vous emmène dans le puits de chaîne. Attention, un filet pend à l’intérieur de cette petite salle dans laquelle se promène souvent un congre. Au ras du sol sur les cotés, en dessous de petits rebords, vous pouvez voir de jolies crevettes cavernicoles jaunes. Sur la cloison séparant le puits de chaîne de la cale du navire un trou est assez grand pour que passer dans la cale principale mais méfiez-vous des filets. La cale principale s’étend sur toute la longueur de l’épave sur deux niveaux dont les planchers en bois ont disparu ne laissant en place que les superstructures métalliques. Avancez tranquillement vers l’arrière du bateau, au milieu vous découvrez une structure carrée remontant jusqu’au pont et derrière laquelle se trouve, posé au fond un gros bloc de pierre sous lequel un congre a élu domicile. Sur cette zone, au sol, d’énormes doris géants se promènent à la recherche de nourriture. Continuez vers la poupe jusqu’à la fin de la cale, puis remontez sur la plate forme arrière où de nombreux rougets se reposent. Descendez à l’arrière du navire sur le gouvernail et rasez le fond en suivant la coque à main gauche. Sous l’arrière et en dessous de l’épave, se cachent des capélans, sur les flancs du bateau recouverts d’huîtres sauvages et de violets se promènent de très beaux sars dont certains sars tambours au milieu desquels chassent des loups (bars pour les Bretons). Quand vous avez rejoint l’avant du bateau vous apercevez, posé au fond un énorme tube métallique (le bout dehors) qui s’est cassé lors du naufrage et dans lequel un énorme congre se cache en compagnie de diverses crevettes. Remontez sur le pont en visitant le filet qui pend sur l’avant tribord du navire et dans lequel se dissimulent des anthias , des beaux labres et sur lequel déambulent de nombreux nudibranches. Pendant toute cette plongée les bons observateurs auront la possibilité de voir toutes les espèces d’ascidies vivant en Méditerranée.

Beaucoup d’éponges, de coraux et de coquillages sur la coque du navire. Comme pour la plupart des épaves de méditerranée, la faune est représentée par les chapons, rascasses, murènes et congres tapis dans les cales du voilier.

Abritée du Vent d'Est !

Coordonnées GPS du Site : voir Carte

Photos du site :